Entre mes doigts coule le sable – Sophie Tal-Men

entre-mes-doigts-coule-le-sable-908567-264-432

Albin Michel – 2017 – 297 pages

••••• Résumé

Pas facile de concilier médecine et vie privée quand on est internes à l’hôpital ! Marie-Lou, qui a quitté sa Savoie natale pour Brest, et Matthieu, le ténébreux surfeur, sont tombés amoureux au premier regard. Mais entre leurs stages en psychiatrie et en neurochirurgie, les nombreuses gardes à effectuer, les apéros au « Gobe-mouches » et les fêtes carabines, leur histoire d’amour n’est pas un long fleuve tranquille. C’est plutôt la valse des sentiments… Surtout quand leurs proches deviennent leurs patients. Matthieu parviendra-t-il à vaincre ses peurs et à laisser Marie-Lou entrer dans sa vie ? Marie-Lou apprendra-t-elle à laisser glisser le sable entre ses doigts ?

••••• Mon avis

J’ai adoré 
Tout d’abord, je tiens à remercier les éditions Albin Michel pour ce service presse et leur confiance. 
C’est avec plaisir que je retrouve Marie-Lou et Matthieu pour de nouvelles aventures. Nos deux protagonistes ont bien grandi. Marie- Lou entame son nouveau semestre d’internat en psychiatrie et Matthieu en chirurgie. Comment vont-ils gérer leur relation avec toutes les difficultés que la vie et leurs études mettront sur leur chemin ? 
J’ai trouvé Marie-Lou plus mature et sûre d’elle dans cet opus. Elle a par contre gardé sa générosité et son empathie envers les autres. Ce qui malheureusement risque de se retourner contre elle. Quant à Matthieu, j’ai eu plusieurs fois envie de le secouer. J’ai eu parfois la sensation qu’il jouait avec les sentiments de la jeune femme et pourtant, je sais qu’il tient beaucoup à elle. 
Une histoire qui se lit très facilement grâce à des chapitres courts en points de vue alternés, avec toujours une pointe d’humour. Les personnages secondaires ne sont pas en reste et donnent à ce roman encore plus de vie. Le milieu médical est toujours très présent mais Sophie Tal-Men l’aborde avec beaucoup de subtilité et de dosage. Sans verser dans le larmoiement, nous pouvons facilement comprendre l’attachement des équipes médicales envers les patients et la réalité de leur travail. 
Mention spéciale pour les intitulés des chapitres qui m’ont fait sourire. C’est bien trouvé !
••••• Pour conclure
Sophie Tal-Men confirme son talent avec ce deuxième tome qui est une bouffée d’oxygène. Vivement la suite …
Tu peux ranger tes instruments, ajoute-t-il en pointant du doigt le stéthoscope qui dépasse de mon sac. La psychiatrie est une science de la parole.

••••• A qui plaira ce livre ?

Je dirais que ce roman peut toucher toutes les catégories de personnes sans tranche d’âge particulière. 

Carole

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s