Interview de Monica Murphy

monicamurphy

Au festival du roman féminin à Paris qui se déroulait les 12 et 13 mai 2017, j’ai eu l’immense joie de pouvoir interviewer Monica Murphy. C’est une auteur que j’apprécie particulièrement. Bon, ok, je suis archi fan et j’ai encore plein d’étoiles dans les yeux d’avoir pu lui parler. Auteur de nombreux best-sellers, elle se confie pour nous.

  • D’où venez-vous ?

J’habite en Californie. Pour être plus précise, près du parc national de Yosemite.

  • Est-ce votre première visite en France ? Et aimez-vous notre pays ?

Oui, il s’agit de mon premier voyage en France. C’est trop beau. Après le festival, avec mon mari, nous allons y rester pour des vacances afin de visiter. Puis, j’ai du sang français en moi.

  • Ah bon, racontez moi, je suis curieuse ?

Mon arrière-grand-mère est française. Elle est née vers Epinal. Lors de la guerre, mon arrière-grand-père est venu dans votre pays comme soldat américain. Lorsque cette dernière fut terminée, il est reparti aux Etats-Unis avec elle. 

  • Où puisez-vous votre inspiration ?

N’importe où. Cela peut être une lecture, une série télévisée, les réseaux sociaux…

  • Quelle sera votre prochaine série traduite en français ?

Pour le moment, je n’en ai aucune idée. Il n’y a pas d’œuvre achetée.

N.B : Il faut harceler son éditeur pour qu’il achète les droits. Je vote pour une pétition sous ses encouragements. 

  • Avez-vous eu des propositions d’adaptations de vos romans en séries TV ?

Effectivement, j’ai eu quelques approches mais rien n’a abouti. Il va falloir patienter.

  • Quel est votre auteur préféré ?

Alors, je citerai Jill Sharvis. Quand j’ai vu la notification apparaitre sur mon Instagram pour me signifier que désormais, elle me suivait, j’étais trop heureuse. (Il s’agit de l’auteur traduite en France de la série Lucky Harbor).

Il y a aussi Jude Deveraux. Elle m’a beaucoup inspirée et j’ai également eu la chance de la rencontrer. J’ai fait ma fangirl.

Il ne faut pas oublier qu’un auteur est avant tout un lecteur. 

  • Quel roman vous a le plus marqué ?

Récemment, il y a On the island de Tracey Garvis Graves. Je l’ai lu, relu et j’ai encore pleuré. 

Les éditions Milady l’ont traduit sous le titre « Une île ».  Résumé : Anna Emerson n’hésite pas un instant lorsque les Callahan lui proposent de se rendre aux Maldives pour donner des cours à leur fils TJ, en rémission d’un cancer. Mais rien ne se passe comme prévu : le jet privé à bord duquel ils ont embarqué se crashe au beau milieu de l’océan Indien. Les voici naufragés sur une île déserte où ils vont devoir apprendre à survivre. Si l’adolescent rechute, rien ne pourra le sauver. Anna se sent malgré tout étrangement attirée par son compagnon d’infortune.

J’aime beaucoup également les romans de Judith McNaught en littérature classique.

  • Travaillez-vous sur un nouveau roman ?

Je suis sur la correction d’un livre qui sortira en novembre prochain. Le titre est Saving it special. Il s’agit de deux très bons amis, un garçon et une fille. Lui veut perdre sa virginité et elle va l’aider à réaliser son souhait. Évidemment, rien ne va se passer comme prévu.

  • Et pour terminer, qu’avez-vous pensé de ces deux jours de festival ?

J’adore. Tout le monde est très gentil et aimable. Les tables rondes sont très intéressantes mais qu’est ce qu’il fait chaud.

Merci beaucoup Monica d’avoir pris le temps de répondre à mes questions. Je remercie aussi les organisatrices et la traductrice de m’avoir permis de réaliser cette interview.

Carole avec la correction de Claire.

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s