Interview de Clarisse Sabard

les-lettres-de-rose-890353-264-432

 

Clarisse Sabard est une jeune trentenaire férue de lecture et de robes vintage, persuadée d’avoir vécu à New-York quelque part entre les années 1920 et 1950. Les Lettres de Rose, son premier roman, est le lauréat du deuxième Prix du livre Romantique. Son deuxième roman La plage de la mariée vient de paraitre également aux éditions Charleston. 

 

 

 

– Depuis combien de temps écrivez-vous ?

J’ai le souvenir d’avoir griffonné très tôt, du moins dès que j’ai été en âge d’écrire. Des débuts d’histoires, des poèmes… Mais je me suis mise à écrire de façon plus « sérieuse », c’est-à-dire le temps d’avoir le déclic et de trouver le style qui me correspondait le plus, il y a deux/trois ans.

– Où puisez-vous votre inspiration ?
C’est une très bonne question! L’inspiration, chez moi, est plutôt incontrôlable. Je la laisse venir. J’aime beaucoup observer les gens, en général, discuter avec eux, écouter des bribes de conversations… Parfois, un visage va me marquer tout particulièrement et je vais broder une histoire autour de cette personne, rien qu’en imaginant ce que pourrait être sa vie. J’ai également une vie onirique assez développée et l’inspiration peut me tomber dessus sous la forme d’un rêve, comme ce fut le cas avec mon premier roman.

– Exercez-vous une autre activité professionnelle ? Si oui, comment conciliez-vous le travail et l’écriture ?
J’ai arrêté de travailler suite à une rupture d’anévrisme cérébral. Je me suis consacrée à ma rééducation et à l’éducation de mon fils, et je me suis dit que c’était le moment ou jamais de me lancer dans l’écriture (le fameux déclic). J’écris au calme, de préférence seule, sinon je m’isole dans une bulle musicale, casque sur les oreilles, le soir ou l’après-midi.

– Votre roman  » Les lettres de Rose  » a reçu le prix du livre romantique. Qu’avez-vous ressenti à cette annonce ?
Je me souviens avoir lu le mail plusieurs fois pour m’assurer qu’il n’y avait pas d’erreur. J’étais à la fois euphorique et tremblante, oscillant entre fou rire et larmes. Ensuite, j’ai mis plusieurs mois à réaliser pleinement.

– Votre deuxième roman  » La plage de la mariée  » vient de paraitre. Pouvez-vous nous le présenter ?
La Plage de la mariée est un roman que j’affectionne énormément. A la base, j’étais partie pour écrire une histoire de transition, c’est à dire un livre qui trancherait franchement avec le ton du premier. Finalement, cela s’est transformé en une aventure dans laquelle je me suis plongée à corps perdu, au point de m’être retrouvée en larmes lorsque j’en ai écrit le dernier mot. Zoé, mon héroïne, est une jeune femme dynamique, moderne, qui, en perdant ses parents, apprend que l’homme qui l’a élevée n’était pas son véritable père. Après quelques mois de déni, elle part pour la Bretagne, en quête de vérité et de reconstruction, surtout. Elle va croiser de nombreuses personnes qui vont l’aider à aller mieux, mais peu désireuses d’évoquer le passé. J’ai choisi de narrer cette histoire sur un ton léger, tout en évoquant des thèmes profonds. En tant que lectrice, j’aime particulièrement les romans feel-good, les thrillers et tout ce qui tourne autour des secrets de famille. J’ai mis un peu des trois dans La Plage de la mariée.

– Où aurons-nous la chance de vous croiser cette année en dédicaces ?
Je fais pas mal de dates sur la Côte d’Azur, puisque j’y vis. Je signerai également ce samedi au salon du Livre de Paris, mais aussi au Printemps du livre de Montaigu, en Vendée, vers Mulhouse, etc. Toutes les dates sont sur ma page Facebook.

– Quel est votre auteur et roman préféré ?
C’est une question très difficile! Je suis une inconditionnelle de Stephen King, dont mon roman préféré est « Ça ». J’aime sa façon de jouer avec nos peurs tout en décrivant à merveille la société dans laquelle nous évoluons. Et dans un genre radicalement différent, je suis une admiratrice de George Sand. Le roman que je conseille est « Consuelo », un formidable pavé qui se dévore facilement. On est dans le romantisme un peu sombre et exalté du XIXe siècle, avec une héroïne forte, qui impose ses choix.

– Quels conseils donneriez-vous aux auteurs débutants ?
Il n’y a pas de recette universelle pour écrire. Il faut trouver sa propre routine d’écriture, croire en son histoire, vivre littéralement avec ses personnages. Du moins, c’est ce que je fais. N’hésitez pas à dresser un plan noir sur blanc, à faire des recherches, noter tout ce qui vous passe par la tête. Le plus dur, c’est souvent la relecture, mais c’est une étape obligatoire. J’ai également beaucoup appris avec mes éditrices, il ne faut pas hésiter à se remettre en question. 
Merci beaucoup d’avoir pris le temps de répondre à mes questions.

Carole

la-plage-de-la-mariee-911847-264-432Zoé, 30 ans, est en pleine dispute avec sa conseillère Pôle Emploi lorsque sa vie bascule. L’hôpital l’appelle, ses parents viennent d’avoir un grave accident de moto. Son père est décédé sur le coup, sa mère est trop grièvement blessée pour espérer survivre, mais encore assez lucide pour parler. Celle-ci va révéler à Zoé qu’elle lui a menti depuis toujours : l’homme qui l’a élevée n’est pas son véritable père. Elle donne un seul indice à sa fille pour retrouver son père biologique : « La Plage de la mariée ». Zoé va rester quatre mois dans le déni, puis finit par craquer et se décide à partir à la recherche de la vérité. Elle atterrit en Bretagne et se fait embaucher dans une « cupcakerie » tenue par une ancienne psychologue franco-américaine, Alice. Dans ce salon de thé à l’américaine, plusieurs personnages se croisent et voient leurs destins se mêler, tandis que Zoé part à la recherche de son père et tente de comprendre pourquoi sa mère lui a menti durant toutes ces années. L’arrivée d’un beau touriste pas comme les autres, Nicolas, va la perturber au plus haut point.

Lire la suite

Interview de Sonia Eska

london-thrills-tome-1-lovefully-861560-jpgSonia, bretonne de 34 ans, a grandi sur une presqu’île de la Côte de Granit Rose. Après ses années lycée, elle s’exile au pays de l’Union Jack, et tombe sous le charme de la capitale, d’où son inspiration pour sa première saga. Aujourd’hui, elle est une maman comblée et une femme amoureuse, rien n’est plus important pour elle que la famille et les amis sincères. La lecture s’est refait une place dans sa vie il y a deux ans, avec M. Grey, et depuis, elle dévore les livres. Son envie d’écrire est née il y a un an et l’aventure Wattpad a commencé, depuis elle ne s’arrête plus. De merveilleuses rencontres n’ont fait qu’alimenter son désir d’écriture, portée par ses lectrices toujours plus passionnées.  Lire la suite

Interview de Danielle Guisiano

pannes-de-c-urs-881117Née à Marseille, Danielle grandit dans les collines d’Allauch, bercée par les contes fantastiques provençaux (elle fut longtemps persuadée qu’à chaque pleine lune, un loup-garou rôdait dans le village endormi…). De ces années, elle a gardé le goût des mythes et des légendes qu’elle transpose au travers de ses écrits dans un environnement plus moderne et urbain. A l’âge où les autres noircissent leur journal intime, Danielle se lance dans un premier roman, jamais finalisé, égaré au fond du grenier familial. Cependant, l’amour de l’écriture reste ancré au plus profond d’elle. C’est le Concours Hachette Black Moon (11/2011), qui sort sa nouvelle « La Robe Rouge d’Helen » de l’anonymat, primée par le jury et le vote des internautes. Sa victoire lui permet de faire une rencontre inoubliable et décisive dans son parcours d’écrivain : la connaissance de Meg Cabot qui l’encouragera fortement à poursuivre ses rêves. Lire la suite

Interview de Pascale Stephens

not-easy-tome-1-show-me-880073Tout a commencé l’été dernier. Le mois de Juillet était très calme en terme de sorties livresques et je cherchais quoi lire. Hé oui, pour une fois, ma pile à lire ne débordait pas. Je commence donc à me mettre en mode fouine sur Amazon et je tombe sur « N’est pas Cendrillon qui veut » en auto-édition. Le résumé était très alléchant, les commentaires très positifs et j’ai succombé à mon tour.
Un très gros coup de coeur et j’ai décidé d’aider du mieux que je pouvais l’auteur à se faire connaître. Une très belle amitié est née entre nous et ce roman va revoir le jour avec quelques changements sous le logo Black Moon Romance.

Lire la suite

Interview de Miley Aaron

mileyLe premier roman de Miley vient de paraitre aux éditions Erato. 

 Résumé : Il y a parfois des questions qui restent sans réponses. Il y a des types qui ont le besoin de faire du mal aux autres pour se prouver qu’ils existent.Et si de nos jours, un jeune PDG mondialement connu, bien sous tous rapport en apparence, n’était en réalité qu’un masque ?Un peu trop sadique sur les bords, il aime pousser les gens dans leurs derniers retranchements. Pourquoi toutes les jeunes femmes qui deviennent son assistante disparaissent-elles sans laisser aucune trace ? Dans ses locaux, seules ses règles comptent. Gare à celui qui les outrepasse..

– Depuis combien de temps écrivez-vous?

 

J’écris depuis l’âge de dix ans, j’en ai vingt-quatre maintenant, ce qui fait quatorze ans. J’ai commencé sur des feuilles de classeur (oui j’écrivais même pendant les heures de classe…), dans ma chambre principalement, enfermée durant des heures. Mes parents se demandaient d’ailleurs ce que je faisais. J’ai gardé l’écriture secrète pendant longtemps. Cela a commencé par des poèmes, des petits textes, puis je me suis initiée au phénomène des fanfictions (le lecteur reprend l’œuvre de son créateur, mais invente sa propre histoire, parfois en y incorporant ses propres personnages. Cela peut être sur les séries TV, saga littéraire, mangas…). Pour ma part ce fut les mangas principalement avec toujours quelques textes originaux. Cela m’a permis d’avoir des avis sur mes écrits, mais aussi de me constituer une petite fanbase. Parmi eux, certains sont même devenus des amis. Puis en 2013, j’ai sauté le pas en me lançant dans l’écriture d’ « Indomptable ».

– Où puisez-vous votre inspiration?

Je tire mon inspiration de plusieurs choses. Principalement de la musique. J’écoute de tout, même si mes artistes préférés restent Claude François, Serge Gainsbourg, Jean-Jacques Goldman, Dalida ou encore Bruel. J’écoute d’abord l’air, puis les paroles. Plusieurs fois, parfois une vingtaine de fois. Je regarde aussi les vidéos sur YouTube de concerts que ces artistes ont donnés. Je réfléchis ensuite pensant à mon histoire, mes personnages et souvent des scènes me viennent. Je me dis alors « Mais oui, c’est ça ! » et je passe à l’écriture. Cela me permet de ressentir des émotions, ensuite je choisis de les incorporer ou pas dans mon manuscrit, tout dépend de là où j’en suis rendue.

La seconde, ce sont les gens. Je suis quelqu’un de très observatrice. Discrètement, je regarde la personne et je cherche le point sensible. Vous savez, ce petit détail qui fait la différence. Et voilà, il ne me reste plus qu’à l’incorporer dans mon livre. Ce que je veux dire, c’est qu’en observant, c’est un moyen pour moi de construire des personnages réels et proches de la réalité. Laissez-moi vous donner un exemple. L’autre jour dans le bus, j’étais dans Paris, sur la ligne 92, assise non loin du chauffeur. Je l’ai observé et j’ai vu un homme passionné par son travail. Il avait dans les yeux, cette petite flamme qui vous disait « j’aime vraiment ce que je fais, je l’ai choisi, je suis passionné ». Son acharnement à vouloir offrir un agréable voyage à ses clients m’a fait penser à l’un de mes personnages, le PDG qui veut toujours créer des bus à la pointe de la technologie. Un peu comme si leurs deux flammes ne faisaient qu’une.

Et la troisième, des films, mangas ou séries TV. J’aime regarder comment sont construits les scénarios, les personnages, le déroulement de l’histoire. Je suis également très attentive aux dialogues. Je vous rassure, je regarde quand même l’épisode ! Mais toujours avec cet œil observateur. Qui sait, peut-être vais-je trouver une nouvelle idée ?

– « Indomptable » vient de paraitre, pouvez-vous nous en parler?

Lire la suite

Interview de Battista Tarantini

 battistaBattista est l’auteur des séries « Above All » et « Jeu Set Match ». Son prochain roman sera « Love Chef » à paraitre le 25 novembre 2016 aux Editions Blackmoon Romance. 

Adolescente, elle rêvait d’être agent double. C’est chose faite : le jour, elle est épouse, mère – et autre chose qu’elle ne révélera même pas sous la torture. À la tombée de la nuit – parfois jusqu’aux premières lueurs de l’aube -, elle se perd dans les bras de ses hommes de papier, aux cotés d’Amazones qui l’aident à les séduire, les comprendre, et les aimer.

La romance est la clef des champs qui lui permet de devenir n’importe qui, en emportant des lecteurs aussi rêveurs qu’elle.

Lire la suite