J’étais là – Gayle Forman

j-etais-la-649749

Hachette – 2016 – 384 pages

••••• Résumé

Quand j’ai appris la mort de Meg, j’ai cru qu’elle me faisait une blague. Une de celles dont elle avait le secret. Elle avait tout prévu : la méthode, le lieu, ce qu’il faudrait faire de ses biens. Et même ce fichu mail, envoyé en différé, annonçant qu’elle en finissait avec la vie. Ensuite, il a fallu affronter la pitié des habitants de Plouc-la-ville. Faire face aux questions que je lisais sur tous les visages. Oui, Meg était ma meilleure amie. Non, je n’était pas au courant. Pourquoi ne m’avait-elle rien dit? Elle avait eu besoin de moi, et je n’avais pas été à la hauteur. Pourtant, j’étais là.

••••• Mon avis

Coup de coeur

Je tiens tout d’abord à remercie NetGalley et Hachette pour le service presse et leur confiance.

Je connaissais la plume de l’auteur que j’avais découverte avec « Si je reste » que j’avais adoré. Mes attentes étaient très élevées et je n’ai pas été déçu. 

Cody est une jeune fille de dix huit ans, traumatisée par la disparition de sa meilleure amie, Meg. Tant de questions l’assaillent. 

Nous la suivons pas à pas dans sa quête de vérité. La culpabilité est très présente. Leur proximité fait qu’elle aurait du voir, savoir…mais ce n’est pas le cas. Dans son périple, elle ira de surprises en surprises. Connaissons-nous réellement nos amis les plus proches? La réponse est souvent affligeante. 

Son périple nous fera voyager de Seattle à Las Vegas. Avec au programme: des désillusions, des rencontres, de nouvelles amitiés et pourquoi pas l’amour?

Un roman bouleversant qui ne vous laissera pas indifférent. Un tourbillon d’émotions m’a traversée (tristesse, colère mais aussi joie). J’ai refermé ce livre avec l’envie de savourer la vie.

+++++ Ce qui m’a vraiment plu

  • l’écriture fluide de l’auteur
  • très addictif
  • les émotions ressenties

– – – – Ce que j’ai moins aimé

  • Je cherche mais je ne trouve pas.

••••• Pour conclure

Je ne peux que vous le recommander.

 Je ne savais rien de son quotidien ici. Rien de ses cours. Rien de ses colocataires. J’ignorais qu’elle avait recueilli deux chatons malades et les avait soignés pour mieux les abandonner. Qu’elle fréquentait les bars de Seattle, qu’elle y avait des copains, qu’elle s’éprenait de types qui lui brisaient le cœur. Moi, sa supposée confidente, j’étais dans le noir complet. Parce qu’elle ne m’en avait pas soufflé mot. Comme elle m’a dissimulé que son existence était une intolérable souffrance. Je ne me doutais de rien.


••••• A qui plaira ce livre ?

Je dirais à un très large public.

Carole

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s