Il était une fois… du rêve à la réalité

wattpadRésultat d’images pour logo fyctiaParce que leur parcours en fait rêver plus d’un, j‘ai décidé de me pencher sur ces auteurs qui se sont fait connaître grâce aux plateformes d’auto-publication telles que Wattpad ou Fyctia… avant de se faire repérer par les maisons d’éditions.

Que ce soit aux Etats-Unis ou ailleurs dans le monde, le succès de ces plateformes est grandissant, et a permis de révéler de véritables pépites telles qu’Anna Todd avec la série « After » ou encore Estelle Maskame, écossaise, et son « Did I Mention I Love You ». Ces auteurs ont su attirer des millions de vues (12 millions pour Anna Todd, 4 millions pour Estelle Maskame), exauçant ainsi leurs souhaits bien au-delà de leurs espérances.

En France, les maisons d’éditions commencent à leur tour à saisir l’ampleur du phénomène, et à surveiller ces nouveaux écrivains.

Pour mieux comprendre, retour sur le parcours de 4 jeunes femmes dont nous n’avons pas fini d’entendre parler.

Elles m’ont gentiment aidée à construire cet article : Jana Rouze (« Effet de vague » aux éditions Addictives), Tara Jones (« Le contrat » chez Hugo New Romance), Totaime (« Sex friends or lovers » paru chez Black Moon) et Maryrhage (retrouvez son interview ici). Merci à vous.

Wattpad, Fyctia : qu’est ce que c’est ?

Ces sont des réseaux sociaux ou communautés. Chaque histoire y est publiée sous forme de feuilleton, chapitre par chapitre, ces derniers pouvant être commentés par les autres utilisateurs. L’auteur d’une fiction peut ainsi choisir de changer le cours de son histoire en lisant les commentaires du chapitre qu’il vient de publier.

Pourquoi écrire sur ces plateformes?

 jana rouzeJana Rouze : « Quand on écrit un livre, il arrive un moment où il faut se faire lire. Wattpad procure aux auteurs débutants ou confirmés de nombreuses lectrices dont la passion est justement de lire. Elles lisent beaucoup et sont sincères dans leurs avis car on ne se connaît pas. C’est tout l’intérêt. On sait de suite si ce qu’on a écrit plait ou pas. »

sex-friends-or-lovers---779951Totaime : « Tout a commencé sur un délire avec ma meilleure amie. L’une comme l’autre étant très friandes des romans New Adult, on s’était un jour posé la question : et si nous on devait écrire une histoire, qu’est ce qu’on raconterait ? J’ai couché sur papier les premières idées, les premiers paragraphes et je n’ai plus réussi à m’arrêter. J’y prenais énormément de plaisir mais je voulais savoir si mon histoire pouvait plaire. J’avais besoin d’avoir un œil extérieur sur mon roman. J’ai donc décidé de mettre les premiers chapitres sur Wattpad. Les lectrices étant de plus en plus nombreuses, j’écrivais et publiais les chapitres au compte-goutte et attendais impatiemment leur avis. »

maryMaryrhage : « Alors pour Wattpad c’était pour essayer autre chose que le blog au début, puis ça m’a amené d’autres lecteurs alors j’ai continué avec d’autres histoires. L’avis des lecteurs sur Wattpad ou le blog est important pour moi, il permet de voir si l’histoire tient la route, si le fil conducteur est le bon, et c’est génial de voir les lecteurs essayer de trouver la suite de l’histoire et de les surprendre. »

tara-jones-823949Tara Jones : « Je n’ai pas vraiment décidé un jour d’écrire sur une plateforme d’écriture. Il se trouve simplement que j’ai vu le concours « Désir » proposé par Fyctia dans mon fil d’actualité sur Facebook. Un pur hasard. Par curiosité, je suis allée jeter un œil et le thème imposé m’a attirée, de plus les challenges étaient intéressants. Je n’avais jamais écrit de romance alors je me suis dit : pourquoi pas essayer ? Le fait d’avoir au jour le jour les retours des lectrices sur chaque chapitre publié était très motivant. J’allais savoir, presque en direct, si ce que je proposais avec mon histoire et mes personnages remporterait leurs adhésions… ou pas ; et j’avoue que j’ai été plus que surprise par leurs réactions enthousiastes à la lecture de LC. Ensuite, la contrainte du calibrage — entre 1000 et 7000 caractères maximum — et celle de finir chaque chapitre sur un cliffhanger était une sorte de défi personnel. En étais-je capable ? Et surtout, le plaisir d’écrire serait-il toujours présent ? Et si par miracle, je finissais dans le carré des finalistes serais-je apte à finir mon histoire dans les temps ? Autant de questions qui ont fait que j’ai voulu tenter cette expérience. Et quelle merveilleuse expérience ce fut. En premier lieu pour les lectrices de Fyctia, mes petites fées comme j’aime les appeler, car c’est vraiment grâce à chacune d’elles que cette aventure est devenue un véritable rêve. Il n’y a rien de plus beau pour un auteur que d’être lu et que de savoir que ce qu’il écrit trouve un écho. Chaque commentaire est un booster d’écriture, car il vrai aussi qu’il n’est pas toujours facile d’écrire un chapitre par jour. Alors, si je dois répondre à la question : pourquoi écrire sur une plateforme d’écriture ? Je dirais simplement pour le plaisir de partager son univers ! On ne sait jamais à l’avance si notre histoire va trouver son public et encore moins si lorsque l’on participe à un concours, comme cela est le cas sur Fyctia, on finira dans les finalistes. Mais ce n’est pas cela le plus important, ce qui compte réellement c’est de trouver un lectorat. On écrit avant tout pour être lu et donner du plaisir. Et si on a la chance d’être publié comme moi, c’est la cerise sur le gâteau, mais en aucun cas le but premier. »


Faut-il publier le roman en entier ?

jana rouzeJana Rouze : « À l’origine la saison 1 a été publiée sur Wattpad en entier. J’ai ensuite dû en retirer une partie lorsqu’elle a été publiée sur les plateformes de téléchargement. C’est la règle, hélas. Mais je suis assez contente d’avoir obtenu de ma maison d’édition de pouvoir continuer à écrire les premiers chapitres de la suite en avant première sur Wattpad. Ainsi les lectrices wattpadiennes resteront toujours les premières 😉 « 

maryMaryrhage : « En entier, parce que je trouve ça moyen de publier un bout et de dire « si tu veux la suite achète le livre ! » je n’aime pas ce procédé. 😉 Soit je mets tout, soit je ne mets rien et le sors directement en livre. Les gens aiment relire en entier généralement et achètent la version papier. »

tara-jones-823949Tara Jones : « Actuellement, les tomes 1 et 2 de LC sont publiés en intégralité et sous format papier grâce au partenariat passé entre Fyctia et les magazines TéléStar et Closer. Le fait d’avoir gagné m’assurait d’avoir une publication, mais seulement en numérique. Alors quand l’équipe de Fyctia m’a informée de cette superbe nouvelle, j’ai été plus que ravie ! C’est une chance fabuleuse pour un auteur que d’avoir son livre, ses livres en ce qui me concerne, entre les mains. Que du bonheur ! »

Quel effet a eu l’avis des lecteurs sur votre écriture ?

sex-friends-or-lovers---779951Totaime : « Le fait d’être suivie par mes lectrices qui m’ont jamais cessé de me témoigner leur soutien (et qui le font toujours d’ailleurs, petit clin d’œil à mes psychopathes !) m’a donné confiance en moi et en mon histoire, et ma manière d’écrire a changé doucement. En relisant « Sexfriends or Lovers » j’ai vu mon évolution à travers les chapitres. »

jana rouzeJana Rouze : « Sur l’histoire, aucune. J’y tiens. En revanche sur la forme, oui. Par exemple quand une blague ou une référence ne suscite aucun commentaire, je sais que je suis passée à côté. Parfois aussi, les commentaires m’aident à mieux cerner mes personnages par des aspects que je n’avais pas vus. Par exemple quand je fais évoluer un perso et que je vois les commentaires changer, je sais que j’ai réussi. Mais l’atout principal reste la confiance en soi que cela procure. On n’est pas seul. »

A quel moment les maisons d’édition entrent en scène ?

sex-friends-or-lovers---779951Totaime : « La première fois que Black Moon Romance m’a contactée, c’était environ 3 mois après la première publication sur Wattpad. Après plusieurs échanges, les choses se sont finalement concrétisées 2 mois plus tard. Depuis je suis continuellement en contact avec mon éditrice, et je la saoule avec toutes mes questions et mes demandes mais elle y répond toujours avec patience et gentillesse, je ne sais pas comment elle fait ! »

tara-jones-823949Tara Jones : « Dans mon cas personnel, dès la clôture du concours « Désir », Fyctia m’a contactée, tout comme les autres finalistes. J’avais ensuite un délai pour rendre le manuscrit final et j’avoue que j’ai parfois eu peur de ne pas finir dans les temps. Après, il ne me restait plus qu’à attendre le délibéré du jury. Une attente qui m’a semblé longue. Tout avait été tellement vite… quand j’y pense, j’avais écrit LC en moins de cinq mois, un manuscrit qui au final comportait plus de 400 pages… Puis un jour, j’ai reçu un mail me demandant mon numéro de téléphone. Et là, j’ai reçu un appel m’annonçant que j’étais l’heureuse gagnante du concours… j’ai cru à un poisson d’avril. Pourtant c’était bien la réalité. Je vivais un rêve ! Je le vis toujours aujourd’hui ! »

Et du coté des maisons d’édition, comment voit-on le développement de ces plateformes ?

Je remercie Arthur d’Hugo New Romance, les Editions Addictives et Isabel et Cécile de Black Moon Romance pour leurs réponses qui nous apportent l’éclairage de « l’autre côté ».

Malgré toutes les propositions de romans que vous avez en direct, pourquoi suivre ce qui se fait sur les plateformes de lectures ?

 EDITIONS ADDICTIVESLes éditions Addictives : « Avant que Jana Rouze nous contacte et nous propose son manuscrit, nous ne suivions les plateformes de lecture que de loin. Nous ne connaissions pas très bien et nous n’avions pas forcément le temps de nous y intéresser davantage. Mais « Effet de Vague » nous a donné envie de voir s’il y avait d’autres bons textes qui rentreraient dans notre ligne éditoriale. Les textes sur Wattpad sont au plus proche de ce qu’aiment les lectrices – car écrire sur Wattpad permet aux nouveaux auteurs de peaufiner leur texte, clarifier ou corriger ce que les lectrices n’aiment pas ou ne comprennent pas, de développer certaines intrigues ou certains personnages, etc. »

black-moonBlack Moon Romance : « En moyenne, nous recevons dix textes par jour. Wattpad, c’est 300 millions de projets à travers le monde. Ne pas s’y intéresser serait être déconnecté de la réalité. Nous sommes face à un tournant dans la production de l’écrit. Cela nous permet de repérer des nouveaux talents et nous indique la sensibilité du lectorat. »

hugo nHugo New Romance : « La romance a un lectorat surtout féminin. Fyctia compte environ 80% de femmes. Pour repérer les auteurs, nous avons un service dédié à cela. Il s’agit de La Condamine. C’est un autre label du groupe qui ne publie que sous le format numérique. En fonction des ventes, une version papier pourra être proposée. »

Le fait que l’histoire soit déjà connue ne vous gêne pas ?

EDITIONS ADDICTIVES Les éditions Addictives : « Non, pour deux raisons. D’abord tout le monde ne lit pas sur Wattpad, et tout le monde ne lit pas tout. C’est un site immense et très fourni, un très bon texte peut y être repéré et publié avant que tout le monde l’ait lu. Et puis les bons textes ont une image positive sur le site : cela nous permet d’avoir déjà un public prêt à nous suivre et à nous soutenir dans notre collaboration avec l’auteur. C’est le cas avec « Effet de Vague » où les lectrices très impliquées sont déjà présentes pour la sortie de la saison 2. »

black-moonBlack Moon Romance: « Pour Totaime, nous lui avons demandé de suspendre l’écriture afin de susciter l’envie auprès de ses lecteurs. Dans le cas de Sarah Morant avec le livre « Timide » , son histoire est sortie intégralement sur Wattpad et nous allons la publier en novembre en deux tomes. Il y a derrière tout un travail de correction qui est mis en place autant au niveau grammatical qu’orthographique. Le fait que l’histoire soit connue ne nous gêne pas et ne baisse pas les ventes, au contraire. C’est plus qu’un réseau, c’est une communauté très solidaire. Chacun se sent impliqué et les personnes sont fières d’avoir participé à aider un auteur à se faire connaître. Elles se soutiennent et achètent leurs livres. Un lien privilégié s’est créé entre eux. Un lien que nous demandons à nos auteurs de conserver. »

hugo nHugo New Romance : « Non, cela ne nous gêne pas. Lorsque l’un de nos romans est publié, un travail de communication est fait en amont. Nous proposons des extraits gratuits afin de susciter l’envie. Sur Fyctia, le principe est identique puisque le texte est proposé à environ 60 pour cent de son volume donc le lecteur est dans l’attente de la fin de l’histoire. Derrière, nous avons aussi un travail de correction, de scènes inédites et de présentation avec une couverture de qualité. »

Quels sont vos critères de sélection parmi toutes les histoires ?

 EDITIONS ADDICTIVESLes éditions Addictives : « Ce sont les mêmes critères que ceux qui nous font choisir des manuscrits : des personnages forts et attachants, une histoire à laquelle on croit et dont on meurt d’envie de connaître la suite, un style clair et dynamique. Et l’histoire doit nous plaire à nous pour que nous ayons envie de la publier ! Jusqu’à présent, nous travaillions avec une équipe d’auteurs sur un format bien défini. Mais nous venons d’ouvrir une page d’appel à textes ! Si les textes correspondent aux critères énoncés ci-dessus, nous sommes ouverts à toutes sortes de romances ! »

black-moonBlack Moon Romance : « Bien entendu, nous devons faire un tri. Nous regardons les histoires qui ont un pic de lectures et les coups de cœur des lecteurs. De fil en aiguille, nous découvrons des pépites. Le nombre de vues importe peu, seul le potentiel prime. »

 

hugo n

Hugo New Romance : « Il faut que le texte soit bon, peu importe son nombre de vues ou sa popularité. Un très bel exemple de ce début d’été : Laura S.Wild avec « My escort Love » qui s’est déjà écoulé à 8000 exemplaires. »

Pour conclure : que retenir sur les plateformes d’auto-publication ?

D’accès libre, ces sites offrent à tout écrivain, qu’il soit débutant ou confirmé, l’opportunité de montrer ses talents et de se confronter au regard des lecteurs tout en bénéficiant de conseils et de soutien de leur part. Le mode « feuilleton » permet à la fois d’appâter le lecteur avec un suspense savamment dosé, et de pouvoir corriger le tir si un chapitre rencontre moins de succès que les autres. Savoir qu’en plus, des maisons d’éditions parcourent les sites pour repérer de nouvelles pépites et textes à publier, quoi de plus motivant ?

Alors , profitez-en pour sortir votre plume et inventer de belles histoires. Qui sait, un nouveau talent se cache peut-être parmi vous.

Carole avec l’aide précieuse de Claire.

Publicités

Une réflexion sur “Il était une fois… du rêve à la réalité

  1. Pingback: Quelques idées de lecture… | Grisham, Austen, Glines et les autres…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s