Calamity Jane ▬ Lettres à sa fille

Afficher l'image d'origineÉditions Rivages  – 2007 – 128 pages

••••• Résumé

Le 8 mai 1941, Madame Jean McCormick, invitée de l’émission « We the people » sur CBS, prétend être la fille de Calamity Jane et détenir les lettres que sa mère lui auraient écrites durant vingt-cinq ans. Les lecteurs découvrent alors une Calamity Jane sensible et aimante, une femme rongée par le remords d’avoir abandonné son enfant qu’elle ne pouvait élever. Cette femme d’exception, figure emblématique du Far West, voulait que sa fille connaisse une vie stable et profite d’une éducation solide. Elle la fit adopter par un couple originaire de l’Est américain, Jim et Helen O’Neil.

••••• Mon avis

Super moment de lecture

 

Passionnée par les Etats-Unis et son Histoire, j’avais reçu ce livre lors d’un swap (je ne me souviens plus de ma partenaire de swap et j’en suis désolé. Si jamais tu lis cette chronique, tu as le droit de provoquer en duel, à la manière des cow-boys de l’époque ^^).
Tout ça pour dire qu’elle avait fait mouche, de plus, étant un roman épistolaire, j’étais doublement ravie de découvrir ce petit livre.
Calamity Jane est un personnage que j’avais longtemps considéré comme un mythe. Comme la plupart des histoires de cowboys et d’indiens que je pouvais entendre étant enfant. J’ai été bercée par les westerns que regardait mon papa et je dois dire que j’adorais ça, même encore maintenant. Mais ce n’était que des films, des séries ou des histoires, et c’était bien plus simple de ce dire que tout cette violence n’était que pure fiction.
Plus tard, lorsque je me suis vraiment intéressée à la question, j’ai bien compris qu’il y avait une part de fiction mais également une grande part de réalité. Que les personnages tel Buffalo Bill, Wild Bill Hickok ou Jesse James avait réellement existé. Étant de grandes figures emblématiques de l’Ouest américain.

Calamity Jane était également célèbre à cette époque, réputée pour son excellence au tir , le sauvetage d’un célèbre colonel et pour ses chevauchées dans l’Ouest en compagnie de son ami (amant?!?) Wild Bill Hickok.
▬ Dans cette correspondance, on découvre une Jane esseulée mais déterminée, qui raconte à sa fille toutes ses péripéties. Entre ses problèmes d’argents, les soucis qu’elle rencontre dans ses différents postes et au cours de ses nombreux voyages.
Pendant une vingtaine d’années, la fameuse Calamity couche sur papier son histoire, les origines de sa fille et tout ce qu’elle a du faire pour lui composer un avenir meilleur.
Ces lettres sont vraiment touchantes et extrêmement fascinantes. On découvre la vie de cette femme solitaire qui s’habille comme un homme et qui traverse les états, subvenant à ses besoins grâce aux cartes et aux métiers plutôt masculins qu’elle exerce.

On découvre également une femme aimante, ayant le cœur sur la main et qui n’hésite pas à aider ses amis ou de parfaits inconnus. Recueillant femme et enfant, donnant ses dernières économies pour aider un ami ou élevant un orphelin jusqu’à ce qu’il s’en aille sans se retourner.

▬ En faisant quelques recherches après avoir lu ce petit recueil, j’ai découvert qu’il y avait des doutes concernant la véracité de ses écrits. Fiction ou réalité, on en revient toujours aux mythes et aux légendes de mon enfance…
Y a-t-il une once de vérité dans cette correspondance, ou doit-on se fier à la biographie de Calamity Jane, qui est un ramassis de mensonges comme elle le précise dans une de ses lettres ?!?
Ce petit détail est franchement perturbant et c’est frustrant de ne pas savoir.
Le légende de Calamity Jane perdure…

 

+++++ Ce qui m’a vraiment plu

L’authenticité qui se dégage de ces lettres. Réelles ou non, ces petits détails comme une date illisible ou un mot effacé par une larme… Tout comme la façon d’écrire de la narratrice qui correspond bien au personnage et l’éducation de l’époque.

– – – – Ce que j’ai moins aimé

Démêler le vrai du faux. Où est la part de vérité dans ce recueil ? C’est vraiment frustrant de ne pas savoir si ces lettres sont authentiques ou non.

••••• Pour conclure

Fictives ou authentiques, ces lettres sont touchantes et dépeignent une cow-girl forte et sensible à la fois.

“ Pardonne toute mes fautes et le mal que je t’ai fait.”

••••• A qui plaira ce livre ?

Si vous aimez l’histoire des USA, ce petit recueil pourrait vous plaire.

  Nanie

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s