On donne la parole à… Sophie

Aujourd’hui, nous faisons connaissance avec Sophie, 32 ans, professeur des écoles mordue de lecture mais depuis peu.

Sophie, merci beaucoup pour ton témoignage, comme quoi il n’est jamais trop tard pour aimer lire !

Tout d’abord, quel lecteur es-tu ? Occasionnel, assidu, vorace ? Assidue aujourd’hui, mais ça n’a pas toujours été le cas ! Petite, je détestais lire. Au collège et au lycée, j’ai été traumatisée par Madame Bovary et autres romans imbuvables à mon goût. Il a fallu que j’atteigne 30 ans pour commencer à apprécier la lecture.lecteur 44

Quel est ton premier souvenir de lecture ? Le tout premier ? Alice au pays des Merveilles, je crois. Cette histoire m’avait terrorisée, j’en ai cauchemardé pendant des mois.

En règle générale, qu’est-ce qui te fait choisir un livre ? Le résumé. Je suis hyper sélect là-dessus. Il me parle, je prends. Il ne me parle pas, je laisse sur l’étagère.

Quel est le livre qui se trouve en ce moment sur ta table de chevet ? Les enfants de la liberté, de Marc Levy. Le sujet est poignant et j’aime bien l’auteur. Ce n’est pas ce qu’on appelle de la grande littérature mais tant mieux, comme je l’ai dit, la grande littérature ça ne m’a jamais vraiment réussi.

De quel livre en particulier aurais-tu envie de me parler aujourd’hui ? Le journal d’Anne Franck. C’est le livre qui m’a fait aimer la lecture. Une amie me l’a offert pour mes 30 ans, parce qu’elle savait que la Seconde Guerre Mondiale est un sujet sensible chez moi.Journal d'Anne Frank par Frank

Anne Frank est née le 12 juin 1929 à Francfort. Sa famille a émigré aux Pays-Bas en 1933. À Amsterdam, elle connaît une enfance heureuse jusqu’en 1942, malgré la guerre. Le 6 juillet 1942, les Frank s’installent clandestinement dans  » l’Annexe  » de l’immeuble du 263, Prinsengracht. Le 4 août 1944, ils sont arrêtés
sur dénonciation. Déportée à Auschwitz, puis à Bergen-Belsen, Anne meurt du typhus en février ou mars 1945, peu après sa sœur Margot. La jeune fille a tenu son journal du 12 juin 1942 au 1er août 1944, et son témoignage, connu dans le monde entier, reste l’un des plus émouvants sur la vie quotidienne d’une famille juive sous le joug nazi.

Si tu devais me décrire ce livre en trois mots, quels seraient-ils ? Adolescente. Guerre. Réflexion.

Qu’est-ce qui t’a autant marquée dans ce livre ? C’est de me dire qu’elle ne savait pas, à ce moment-là, quel seraient son destin et celui de ses écrits. Cela donne au récit un côté « naïf » et authentique assez terrible pour nous qui savons. Et surtout, c’est de penser que derrière tout ce qu’elle a écrit, se cache tout ce qu’elle n’a pas pu, su, voulu ou eu l’occasion d’écrire.

Qu’as-tu pensé lorsque tu as refermé ce livre ? Tiens, je vais peut-être me faire un autre livre finalement !

A qui l’offrirais-tu ? A toute personne touchée par la Seconde Guerre Mondiale et le destin de ces inconnus qui ont seulement eu la malchance de naître juifs.

« J’aimerais ressembler toujours à cette photo. Alors, j’aurai peut-être la chance d’aller à Hollywood. »
Anne Franck 10 oct. 42.

Merci Sophie pour cette interview ! Au plaisir de te revoir…

Claire

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s