Interview de Jane Devreaux

photo jane

Aujourd’hui, Jane Devreaux nous a fait le plaisir de répondre à nos questions. Après avoir auto-édité son premier roman « Sinder » en janvier 2015, le public a tout de suite accroché. C’est l’histoire de Sandre dont le look et le comportement ont donné naissance aux rumeurs les plus folles. Lui, c’est Josh, beau, rugbyman et populaire. Ils n’ont rien en commun, pourtant, une seule provocation de Sandre va bouleverser leur vie.

Jane Devreaux, c’est aussi : « Quand la grammaire, l’orthographe, la conjugaison ressemblent à une torture, on ne devrait sans doute pas aimer écrire, on ne devrait même pas imaginer qu’on puisse le faire. Je dois avoir un côté sado maso pour m’obstiner dans une voie qui n’est pas la mienne. Et pourtant, je suis là et je m’accroche, je m’acharne, parce que, peut-être, c’est ma seule raison de ne pas tomber… Bon, OK, ce n’est pas la seule, parce que je suis maman, parce que je veux le meilleur pour mes enfants et plus que tout, je veux leur montrer que c’est important de rêver. »

• Depuis combien de temps écrivez-vous ?

Ma toute première fois, c’était à l’âge de 13 ans, mais j’ai arrêté, repris, re-arrêté, repris… Surtout parce qu’on ne m’encourageait pas sur cette voie. La dernière fois, ça doit être il y a 4 ans en moins intensif au début. Maintenant, j’ai un bon rythme 😉

• Comment avez-vous eu l’idée de créer Sinder ?
Sandre c’est le prénom préféré d’une amie de lycée. C’est parce qu’elle en parlait souvent et que je trouvais ce prénom dur, pas facile à porter, que j’ai imaginé l’histoire, tout est né de ce prénom.

• Avez-vous envoyé vos livres à beaucoup d’éditeurs ?
Non. En fait, pour Sinder, je l’ai envoyé à une seule maison qui a dû le perdre parce que je n’ai jamais eu de retour. Ensuite, après avoir été auto-éditée, j’ai retenté en disant : « regardez comme ça marche » (c’était devenu un peu trop important pour que je gère tout ça toute seule). J’ai tenté les envois aux maisons pour d’autres histoires, mais l’attente pour des lettres types ça m’a un peu dégoutée, et puis, quand on lit que la plupart des maisons se contentent de feuilleter ou de lire le résumé et qu’elles ne publient pratiquement jamais d’auteurs inconnus, ça décourage davantage.

• La maison d’édition qui va vous publier est désormais connue, racontez-nous ce super dénouement ?

Haha !! Curieuse !!! Ça ne s’est pas fait comme ça !!!  En juin l’année dernière, je les ai contactés en me disant que je n’aurais peut-être même pas de réponse et à ma grande surprise, dans la journée, Hugo New Romance m’annonçait qu’ils voulaient bien me lire. L’été est passé et en septembre : un retour positif, Sinder allait passer devant le comité éditorial !!! Youhou !!

• Avez-vous un autre projet en cours ?

Pour l’instant, je veux finir toutes les histoires liées à Sinder : Marcy et Steve, Boby, Mélanie et Diego, Colin… Ensuite, je veux me lancer dans une autre saga dont le premier tome est déjà en partie rédigé. J’en ai pas mal comme ça dans mon ordi 😉

• Exercez-vous un autre métier ?
Oui, je suis assistante maternelle, je fais beaucoup d’heures, mais l’avantage c’est que j’ai les siestes pour écrire.

• Ecrire et concilier une vie de famille, cela ne doit pas être évident ?
Non, c’est sûr, mes journées sont bien remplies, je n’arrête pas une minute, mais j’aime ce que je fais donc c’est plus facile.

• Combien d’heures par semaine ou mois consacrez-vous à l’écriture ?
Je dois consacrer environ 2 heures par jour, plus ou moins suivant mon travail. Pendant les vacances scolaires souvent j’ai plus de temps. Et les week-ends, j’essaie de ne pas trop sortir l’ordi.

• Avez-vous d’autres passions ?
Oui, mais pour l’instant, je les ai toutes laissées de côté au profit de l’écriture. On ne peut pas tout faire, mais j’adore le dessin, la peinture, la photo et les loisirs créatifs de toutes formes.

• Quels conseils donneriez-vous aux écrivains débutants?
Les mauvaises critiques sont les plus utiles. Oui, elles font mal, mais il faut se remettre en question pour progresser et je pense qu’on en a tous besoin. Même si on a aussi des lecteurs qui aiment ce qu’on fait (et heureusement), un texte n’est jamais parfait.

Merci d’avoir pris le temps de répondre aux questions et nous vous souhaitons le succès mérité.

Carole

Une fan de Sandre depuis le début

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s