Seul sur Mars – Andy Weir

Bragelonne – 2014 – 404 pages

••••• Résumé

Mark Watney est l’un des premiers humains à poser le pied sur Mars. Il pourrait bien être le premier à y mourir.
Lorsqu’une tempête de sable mortelle force ses coéquipiers à évacuer la planète, Mark se retrouve seul et sans ressources, irrémédiablement coupé de toute communication avec la Terre.
Pourtant Mark n’est pas prêt à baisser les bras. Ingénieux, habile de ses mains et terriblement têtu, il affronte un par un des problèmes en apparence insurmontables. Isolé et aux abois, parviendra-t-il à défier le sort ? Le compte à rebours a déjà commencé…

••••• Mon avis

Afficher l'image d'origineCoup de cœur

J’ai flashé sur ce livre dès que je l’ai vu. Une histoire d’astronaute laissé pour mort sur une planète déserte, c’était trop tentant pour résister. Et ce roman s’est montré largement à la hauteur de mes espérances.

Comme l’ont souligné bon nombre de critiques, l’histoire est un mélange de McGyver et de Robinson Crusoé, version spatiale. Le style est simple, sans fioritures, à la portée de tout le monde.

Ecrit en grande partie à la première personne à travers le journal de bord de Mark Watney, astronaute malin et ultra-débrouillard, le récit est imprévisible et rythmé, ce qui permet de ne pas le lâcher avant la dernière page. Pas de gros méchant à combattre, mais un tas de catastrophes naturelles à éviter, de défis biologiques à relever et de bidouillages technologiques à réaliser pour espérer survivre. Le suspense va et vient de page en page. Cerise sur le gâteau, le livre est bourré d’humour…

« J’ai commencé la journée avec un « thé à rien ». Le thé à rien est très facile à préparer. D’abord, prenez un peu d’eau chaude, puis… Et puis c’est prêt. Il y a quelques semaines, j’ai testé le thé à la peau de pomme de terre, mais je préfère ne pas en parler. »

… ce qui apporte une légèreté bienvenue dans les détails techniques.

Car il y a une partie fortement scientifique, et cette dimension savante pourrait faire peur, mais elle reste accessible (du moins à mon goût) et surtout, elle est nécessaire car elle apporte au récit une grande crédibilité et l’impression d’être complètement immergé dans l’action. Plusieurs fois, j’ai été obligée de me rappeler que non, les voyages sur Mars ne sont pas encore d’actualité !

On suit aussi par moments les coéquipiers de Mark et la NASA, dans une écriture plus traditionnelle à la troisième personne. Cette alternance de points de vue contribue efficacement au dynamisme du roman.

+++++ Ce qui m’a vraiment plu

Le réalisme, à l’aide d’une multitude de détails et de descriptions sur Mars et les vols spatiaux. Bien sûr, les archi-spécialistes du genre noteront des erreurs (à commencer par la tempête initiale) mais à mon petit niveau ces inexactitudes ne m’ont pas heurtée.

L’humour dont le livre est truffé, que ce soient les répliques des personnages ou certaines scènes très drôles à imaginer.

– – – – Ce que j’ai moins aimé

S’il faut vraiment dire quelque chose, alors peut-être que l’on sent un peu trop dans ce livre qu’il est destiné à l’adaptation cinématographique. Mais à titre personnel, cela ne m’a pas dérangée.

••••• Pour conclure

J’ai dévoré ce roman en à peine 48h ! J’attends désormais de voir le film éponyme sorti en 2015 et réalisé par Ridley Scott, avec Matt Damon dans le rôle principal.

« Laissez-moi vous résumer ma situation : je suis coincé sur Mars, je n’ai aucun moyen de communiquer avec Hermès ou la Terre, tout le monde me croit mort et je suis dans un Habitat censé pouvoir durer trente et un jours. Si l’oxygénateur tombe en panne, je suffoque. Si le recycleur d’eau me lâche, je meurs de soif. Si l’Habitat se fissure, j’explose ou un truc comme ça. Dans le meilleur des cas, je finirai par crever de faim. Ouais, je crois bien que je suis foutu. »

••••• A qui plaira ce livre ?

Si vous aimez les romans d’action (version gros méchants et combats époustouflants), ou psychologiquement soignés (personnages fouillés et états d’âme), ou bien encore les styles littéraires élaborés, passez votre chemin. Idem si vous êtes allergique aux sciences dures (maths, physique, chimie, biologie…) Dans tous les autres cas, foncez ! Surtout si vous êtes amateur de voyages dans l’espace et de défis scientifiques.

Claire

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s